Langues, ethnies, cultures, religions :

le Moyen-Orient compliqué brasse une extrême diversité. Il forme une mosaïque de populations et de communautés que les soubresauts de l'Histoire ont réunies contre leur gré ou séparées.

La situation qui prévaut actuellement au Moyen-Orient, où la guerre fait rage en de multiples endroits, entraîne nombre de massacres et de déplacements de population, notamment des minorités religieuses.

La question de leur avenir ou de leur survie constitue un enjeu primordial à la fois pour la région mais également pour le reste du monde qui n’en est pas toujours conscient, tant il est vrai que ces minorités sont de longue date dépositaires d’une partie de la mémoire de l’Humanité.

Outre les Chrétiens d’Orient et les Druzes, ces minorités sont aussi les Yézidis, la minorité juive d’Iran, les Baha’is, les Alaouites, les Ismaéliens, les Turkmènes.

Les groupes religieux qui ne sont pas rattachés aux religions du Livre sont très peu nombreux : zoroastriens et bahaïs en Iran. En Irak, les yézidis sont les adeptes d'une religion syncrétique empruntant des éléments du zoroastrisme, du christianisme et de l'islam. 

Les tracés frontaliers, contestés, ont souvent été imposés par des puissances étrangères ou des arbitrages internationaux. Ils ignorent la réalité humaine ethnique ou religieuse. Des communautés peuvent être rassemblées contre leur gré à l'intérieur d'une même frontière ou bien au contraire être séparées entre plusieurs États. Les situations sont donc très diverses et la gestion du fait minoritaire peut se révéler redoutable. Les situations rencontrées sont assez diverses. Le fait minoritaire religieux peut s'observer dans des États à forte cohérence linguistique.

Tel est le cas de l’Égypte, qui abrite une importante minorité chrétienne copte.

La péninsule Arabique arabophone et sunnite compte, elle, par contre des minorités relevant du chiisme sur tout le pourtour du Golfe et de la mer d'Oman (Royaume d'Arabie et Émirats).

Le Croissant fertile est en réalité une mosaïque de minorités chrétiennes, chiites, druzes.

Le Liban de 5 millions d'habitants reconnaît 17 communautés !

Partout ailleurs, la situation est encore plus complexe avec une diversité à la fois religieuse et linguistique (Irak, Turquie, Iran). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Druzes

Les Yézidis

Qui sont les yézidis, cible des djihadistes en Irak ?

Cette communauté monothéiste, qui compte entre 100 000 et 600 000

personnes, est persécutée de longue date.   Le Monde

 

C'est l'une des cibles des djihadistes de l'Etat islamique (EI) en Irak :

la communauté kurdophone des yézidis. Avec la prise de leur bastion,

Sinjar, 35 000 yézidis ont dû fuir dans les montagnes, sans eau ni nourriture,

sous une chaleur pouvant atteindre les 50 °C.

Les Yézidis (parfois Yézides), Yazidis ou Édizis (ils se nomment eux-mêmes Dasni), de langue kurde (le kurmanji), qui vivent au nord de Mossoul en Irak, à Alep en Syrie, en Turquie, en Iran, en Arménie, en Géorgie et au sud de la Russie, ont conservé une religion syncrétiste, appelée yézidisme, qui intègre des éléments du paganisme chamanique, du mazdéisme, du zoroastrisme, du mithraïsme, du manichéisme, du judaïsme, du nestorianisme et de l'islam.

Selon certains, leur nom renverrait au calife Yazid Ier (Abû Khalid Yazid ben Muawiya, mort le 11 novembre 683) qui réprima la révolte des partisans d'Ali et tua Husayn, le petit-fils du Prophète Mahomet, à Kerbela, le 10 octobre 680 ; pour d'autres, le mot yazidi proviendrait du proto-iranien yazatah qui signifie ange ou être suprême'autres, les membres de cette communauté sont persécutés depuis longtemps.

 

  • Qui sont les yézidis ?

Les yézidis sont une communauté kurdophone qui compte entre 100 000 et 600 000 personnes en Irak, selon les estimations. Ils font partie des populations les plus anciennes de la Mésopotamie, où leur croyance est apparue il y a plus de quatre mille ans. Leur principal lieu de culte est Lalech, dans le Kurdistan irakien, mais plusieurs milliers de yézidis habitent en Syrie, en Turquie, en Arménie et en Géorgie.

On compte d'importantes communautés en Europe, particulièrement en Allemagne, où vivent 40 000 yézidis.

  • Quelles sont leurs croyances ?

« Les yézidis ont enrichi leur religion par des apports coraniques et bibliques pour se camoufler des musulmans et des chrétiens afin de ne pas trop se faire remarquer », indique Frédéric Pichon, chercheur et spécialiste du Proche-Orient à l'université François-Rabelais de Tours. Le yézidisme est une religion monothéiste qui puise une partie de ses croyances dans le zoroastrisme, la religion de la Perse antique. Leur culte et leurs rituels se transmettent oralement, c'est pourquoi on ne devient pas yézidi, on naît yézidi.

Les fidèles de cette religion croient en un dieu unique, Xwede, qui fut assisté par sept anges lorsqu'il créa le monde, dont le plus important est Malek Taous, souvent représenté par un paon, symbole de diversité, de beauté et de pouvoir.

Comme pour les musulmans et les chrétiens, le bien et le mal occupent une place importante chez les yézidis. Présents dans le cœur des hommes, il ne tient qu'à eux de faire le bon choix.

  • Pourquoi sont-ils persécutés ?

Si les yézidis sont persécutés depuis la nuit des temps, c'est parce que les autres religions, que ce soit l'islam ou le christianisme, ont une interprétation erronée de leur culte. « En Irak et en Syrie, on les a pris pour des adorateurs du diable parce qu'ils ont fait une espèce de bricolage entre les deux religions du Livre », précise Frédéric Pichon. L'archange Malek Taous a ainsi faussement été pris pour le diable par les musulmans. Certaines pratiques et restrictions des yézidis peuvent paraître farfelues. Par exemple, les yézidis ne peuvent manger de laitue ou porter des vêtements bleus.

Ces pratiques ont contribué à créer une forme de mépris chez leurs voisins musulmans. « Les yézidis sont des adorateurs du feu, ce qui les fait apparaître comme des païens aux yeux des Syriens, complète Frédéric Pichon. L'islam n'a pas de considération pour cette religion.

 

Les minorités au Moyen-Orient

À PROPOS >

« Marin sois fidèle à tes frères,

car tu as promis naguère

de servir et protéger. »

Une navigation exceptionnelle,

des ports magiques,

une cause.

CONTACT >

« La Route du Liban »

C/O Jean-Marie Vidal

521 rue de Jausserand 34000 Montpellier

T: 06 20 21 26 09

E: contact@larouteduliban.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube