ANEMOS III ET LA ROUTE DU LIBAN: “UNE NOUVELLE LIGNE DE VIE“

Mercredi 8 août 2018 - 17h00

De retour à bord, je suis intrigué par un flyer déposé en évidence à l’abri de la capote d’entrée. J’imagine aussitôt qu’il s’agit d’une publicité pour une pizzeria locale ou je ne sais quelle manifestation en devenir et mon premier réflexe est comme tout bon genevois, de renauder quelque peu à propos du culot de certains qui n’hésitent pas à monter à bord sans y être invités. [NDLR: Michel Navarro! ]


Quelques instants plus tard, à la lecture de ce feuillet, mon humeur est bien différente et me connaissant, je sais déjà que je ne vais pas tarder à tirer sur l’extrémité de ce fil rouge pour découvrir l’ampleur de ce qu’il va me dévoiler.


Le lendemain, revenu au foyer, je lance à ma douce : - Que dirais-tu d’aller au Liban la saison prochaine ? Sa réponse est immédiate, trop habituée vraisemblablement à subir mes décisions aventureuses les plus improbables. - Tiens voilà autre chose maintenant, tu n’as rien trouvé de mieux à me dire, moins de cinq minutes après ton retour ? Je reste silencieux, alors que déjà Dame Nelly s’empare de mon feuillet et se plonge dans sa lecture au terme de laquelle et à ma grande stupéfaction, je l’entends dire : - Oui, ça a l’air pas mal...

Pour moi, la messe est dite et ce soir là je m’endors aussi heureux que si j’avais déjà largué les amarres

La suite, ce n’est déjà plus du domaine du fil rouge, car plus celui-ci se déroule au gré des échanges avec les organisateurs, plus il dévoile des aspects organisationnels encore insoupçonnés. De mon coté, confronté à un défi que dans mon premier élan d’enthousiasme je n’avais pas vraiment mesuré, et face à cette première page blanche qu’il va bien falloir remplir jours après jours j’aborde selon une liste qui n’en finit plus de s’allonger, tous les aspects liés à l’organisation de ce voyage.

Au total, 8 cartouches d’encre auront été nécessaires pour une imprimante en état de surchauffe, 5 classeurs de documents collationnés, de contacts avec toute l’équipe du projet, les assurances, les fournisseurs, de tous les aspects relevants du domaine des “imprévus“ qu’il convient également d’anticiper et bien entendu, un “Gros“ cochon en céramique offert par mon banquier et sacrifié sans état d’âme sur l’hôtel du budget désormais consacré à cette belle et enrichissante aventure humaine. Pour faire bonne mesure et afin de remédier à mes manques, je retrouve en janvier, à Marseille, les délices de l’immersion en tenue de survie à l’occasion du stage “World Sailling Survie et PS Mer“ organisé par la FFV.

Expérience unique et de belles rencontres, avec de belles personnes et des professionnels de haut niveau, qui auront apporté au septuagénaire que je suis, appui, conseils et...compréhension pour une agilité un peu défaillante...

Il faut dire quand même que notre programme aura été porté à son paroxysme, puisque la route du retour devrait, après un hivernage de ANEMOS III prévu dans les îles Ionienne, nous ramener au coin du feu pour les premières gelées du mois d’octobre.


A moins de 40 jours du départ, alors que l’équipage est désormais complété de manière bienvenue par l’arrivée de notre Ami, voisin et Navigateur Pierre Lalanne, aussi bien à l’aise en mer que sur les “petits airs“ du Léman, que le voilier est pratiquement prêt, que tout à bord est en place pour assurer la navigation, la sécurité, l’autonomie complète et l’approvisionnement en denrées dont les préparations et les fumets devraient nous permettre d’assister à l’émergence de quelques émeutes à bord des unités qui malencontreusement se trouveraient dans notre sillage.

(Il va vraiment nous falloir naviguer finement pour en arriver là...)


En bref, le moral est au beau fixe et nous sommes désormais impatients de faire connaissance de celles et ceux avec qui nous aurons la joie et le privilège de partager cette superbe aventure humaine, à la rencontre de visages encore inconnus, auxquels nos regard emprunts d’amitié devraient traduire notre solidarité, et notre amour fraternel.

Au grand merci et notre admiration à toute l’équipe de l’organisation, pour leur travail, leur patience, leur énergie communicative. Que notre arrivée au grand complet à Jounieh, au terme de cette splendide traversée et de l’émotion qui en découlera leur soit entièrement dédiée.

Nelly PERRIN, Pierre LALANNE, Daniel PERRIN



Lien vers le portrait du skipper et son équipage

51 vues

À PROPOS >

« Marin sois fidèle à tes frères,

car tu as promis naguère

de servir et protéger. »

Une navigation exceptionnelle,

des ports magiques,

une cause.

CONTACT >

« La Route du Liban »

C/O Jean-Marie Vidal

521 rue de Jausserand 34000 Montpellier

T: 06 20 21 26 09

E: contact@larouteduliban.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now