Au Liban, la «mort lente» des syriaques exilés d’Irak


Des syriaques originaires d'Irak célèbrent le dimanche des rameaux le 29 mars 2015 à Bauchrieh, près de Beyrouth Photo Anwar Amro. AFP


Libération 3 Janvier 2019


Beyrouth est devenu le refuge des chrétiens orthodoxes qui ont fui Mossoul et les persécutions de Daech. Excluant tout retour en Irak, nombre d’entre eux ne se voient pas d’avenir dans la capitale libanaise, où ils se sentent livrés à eux-mêmes, et espèrent un visa vers d’autres terres promises.


La messe est interminable, comme souvent dans les églises orientales. Elle dure depuis près de deux heures ce dimanche, et la ferveur des fidèles ne faiblit pas. Concentrés, ils enchaînent les prières et les chants en araméen, se levant à chaque signal du prêtre. Ils sont plus d’une centaine, des hommes aux cheveux blancs et leurs femmes à la tête recouverte d’un petit voile en dentelle, dont certains arborent le mot «Lourdes» en lettres blanches. Appartenant à l’une des églises les plus anciennes (VIe siècle) et les plus minoritaires aujourd’hui de l’Orient chrétien, ces syriaques orthodoxes viennent pour la plupart d’Irak, essentiellement de Bagdad ou Mossoul. LIRE LA SUITE ICI

15 vues

À PROPOS >

« Marin sois fidèle à tes frères,

car tu as promis naguère

de servir et protéger. »

Une navigation exceptionnelle,

des ports magiques,

une cause.

CONTACT >

« La Route du Liban »

C/O Jean-Marie Vidal

521 rue de Jausserand 34000 Montpellier

T: 06 20 21 26 09

E: contact@larouteduliban.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Icône sociale YouTube
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now